Le 17 octobre 2015, dépassant la méfiance de certains d’entre nous envers tout ce qui ressemblerait à une propagande sur le réchauffement climatique, nous avons été heureux de participer au village Alternatiba d’Auray pour cette journée d’initiative citoyenne consacrée aux enjeux des changements du climat.

Car si nous sommes certes tous responsables dans une certaine mesure de notre façon de vivre et de consommer, nos choix sont limités par les volontés politiques de favoriser tel ou tel lobby, industrie ou secteur d’activité. La culpabilisation incessante du citoyen qui consomme trop, produit trop de déchets, roule au diesel est un peu facile quand tous les décideurs ont fait en sorte qu’il en soit ainsi depuis des décennies pour faire tourner le système qui sans consommation à outrance tombe en panne sèche.

Et tout cela sans considérer l’impact des épandages aériens de traînées chimiques sur le désordre climatique actuel.

cop21

Nous soupçonnons quant à nous qu’ils en sont la cause principale. Saluons à ce propos l’initiative de l’ACSEIPICA qui a édité ces affiches en vue de la COP21 qui se tient du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris et lors de laquelle les Etats participants vont décider des mesures à mettre en œuvre pour limiter le réchauffement.

Malgré toutes ces considérations, nous avons monté notre stand dès le matin, très chaleureusement accueillis par les membres du village. Un public nombreux et intéressé s’est pressé autour de notre expo-photos tout au long de la journée. De plus en plus de personnes semblent être au courant du phénomène. Plusieurs d’entre elles nous ont remerciés de notre présence.

Dans un centre ville devenu piéton, parmi les autres résidents de ce village éphémère, beaucoup de belles rencontres, de découvertes intéressantes.

Ainsi, une dame atteinte de sclérose en plaque qui aurait dû être en fauteuil roulant à l’heure actuelle selon la médecine, nous a parlé des traitements qu’elle a suivis pour se débarrasser des métaux lourds qui empoisonnaient son organisme. D’abord seule avec une méthode naturelle utilisant de l’ail des ours, de la chlorella et de la coriandre. Ensuite, aidée par un médecin spécialiste de la chélation. Analyses à l’appui, son état de santé actuel atteste de l’efficacité du traitement qu’elle a suivi. De l’espoir donc pour tous ceux atteint de maladies liées aux métaux lourds.

Belle rencontre également avec Philippe, le responsable de l’événementiel au domaine des Abbatiales du Bono. Celui-ci nous invite à participer une fois par mois au marché de l’art qui se tient sur le domaine. Le 25 octobre et le 8 novembre, le stand a pris place au milieu des autres exposants. Prochain rendez-vous au domaine le 6 décembre de 14h00 à 17h30. D’autres actions sont envisagées. Affaire à suivre donc.

alternatiba

alternatiba auray

alternatiba auray

alternatiba auray

alternatiba auray

alternatiba auray

alternatiba auray

alternatiba aurayMin